Question de temps, E.R. LINK.(J'ai les autos-édités et petites maisons d'éditions #4)

15.2.17




Bonjour tout le monde ! On se retrouve aujourd’hui pour un article un peu particulier vu qu’il s’agit du quatrième « J’aide les autos-édités et les petites maisons d’éditions » (Retrouvez l'article qui en parle : ici 

Pour cela on va retrouver E.R. LINK qui a répondue à quelques-unes de mes questions  pour se présenter en tant qu’auteur auto-éditée. Ensuite vous trouverez la présentation et la chronique de son livre "Question de temps". 


Présentation de l’auteur :

-Bonjour, merci d'avoir accepté  de répondre à mes quelques questions. As-tu choisi l'auto-édition ou était-ce une contrainte ?

Bonjour, merci pour ce moment que tu m'accordes après ta lecture. J'ai choisi l'autoédition, ou plutôt, l'autoédition m'a choisie. J'écris depuis presque 30 ans. J'avais envie de partager mes écrits directement auprès de mes lecteurs, sans intermédiaire. Seule l'autoédition permet ce genre d'approche. Avant l'existence de toutes les plateformes connues des auteurs, comme Amazon KDP ou Kobo, je m'auto-publiais déjà sur des blogs d'écriture au début des années 2000. Puis, sont arrivées l'impression à la demande et les liseuses. Je me suis naturellement penchée sur les possibilités qu'offraient ces nouvelles façons de publier, de toucher le lecteur.


-Qu'est-ce qui est le plus difficile dans le fait d'être auto-édité et que préfères-tu ?

Le plus difficile est d'arriver à atteindre son lectorat. Dans l'autoédition, étant donné que la pratique est  libre, on trouve un peu de tout : du bon, de l'excellent, du moins bon et même du très mauvais. Du coup, les auteurs autoédités sont amalgamés avec les mauvais auteurs, ou sont d'emblée suspectés comme étant des ratés, rejetés des maisons d'édition. Si c'est vrai pour certains, si d'autres n'auraient jamais été édités, c'est faux pour une partie de ces auteurs qui peinent alors à rencontrer leur public, car suspectés d'office comme étant de piètres écrivains avant même que l'on se risque à découvrir leurs écrits. Il faut assurer sa promotion soi-même, rassurer le lecteur en lui prouvant que non, on ne fait pas douze fautes par phrase, que oui, nous avons aussi des histoires intéressantes à raconter, voire mieux, que nos histoires sont libres, indépendantes, comme nous, et non bridées par les modes du moment ou re-lissées afin de plaire au plus grand nombre par les relectures et corrections. L'autoédition offre cette richesse d'une totale liberté d'expression, de sortir des sentiers battus.

-Parlons de ton roman, est-ce que tu avais prévu tout ce qui allait arriver dans l'histoire ? Ou y as-tu été au feeling en insérant des scènes que tu n'avais pas du tout prévues ?

Ecrire un roman est un processus de création complexe qui ne peut se réduire à tout prévoir ou non. Je prévois les grandes lignes de mon histoire lorsque j'entame la rédaction d'un roman. Je connais mes personnages, ce qu'ils veulent, d'où ils partent et où ils devront arriver. Cependant, j'aime laisser de la liberté à mes personnages. Je les laisse maîtres de certaines décisions. Je lance l'intrigue, puis je cours derrière eux pour retranscrire leur façon de la vivre et de l'interpréter. Il arrive parfois que certains sortent des sentiers battus et proposent des situations bien plus intéressantes, d'ailleurs, que celles que j'avais planifiées, mais s'ils s'égarent trop, je les remets sur des rails, parce qu'il n'est quand même pas question qu'ils n'arrivent pas là où je voulais les mener. Disons, que je leur autorise quelques sentiers de traverse, mais pas d'accomplir tout ce qu'ils veulent. Donc oui, je prévois tout et oui, il y a des scènes non prévues que je remets ensuite sur la route balisée du départ.


-D'où te sont venus toutes tes idées pour créer cet univers ? T'es-tu inspirée de personnes de ton entourage pour créer certains de tes personnages ?

Franchement ? Je ne sais pas. J'avoue que ça me vient comme ça. Ensuite, quand je dépose les grandes idées, je vais me documenter sur le sujet pour arriver à modeler un monde à mon image. J'aime être précise lorsque je parle de quelque chose, aussi bien en terme de situations que de vocabulaire. J'ai besoin de croire à ce que j'écris, et je suis un très mauvais public, donc je suis difficile à convaincre, d'où un travail pointilleux en amont pour rendre tout cohérent et précis.  Je ne m'inspire que très rarement des personnes de mon entourage. Mes personnages sont mes enfants, véritablement. J'en accouche dans la douleur. Je ris avec eux, je pleure avec eux, ils me surprennent, me déçoivent aussi parfois. De temps à autre, il m'arrive de faire une référence à mon entourage, mais aucun de mes personnage ne correspond  à des proches. Ils peuvent en être un mélange, parfois... ou pas.


-Est-ce que tu es fan du genre fantasy/aventure ? Tes autres sont-ils également de ce genre ? Et qu'est-ce que tu aimes dans ce genre?

Je ne suis pas fan de ce genre, le mot me semble trop fort. J'aime tous les genres romanesques. J'ai d'ailleurs horreur de me cantonner à un genre particulier. J'aime changer d'univers, de ton, de genre. Pour moi, justement, c'est la finalité de l'écriture de pouvoir expérimenter différents genres, différents lieux, différents types de récits, différentes vies en somme. Mon premier roman, Les Compagnons de l'Arc-en-Ciel est une réécriture des contes classiques dans un style moderne, urban / fantasy, Mes trois romans steampunk se déroulent dans le même monde, la Terre des Brumes, cependant, Un Air de Liberté est une comédie romantique légère, Strawberry Fields est une romance au sein d'un monde chaotique, hanté par la misère, la guerre et la folie, Question de Temps est un roman d'aventure très second degré, avec beaucoup d'humour et de rebondissements. Mon prochain texte, en cours d'écriture, est un roman en 3 volumes de Science Fiction, orienté anticipation / post apocalyptique. Donc un univers encore différent, un style différent.


-Pourquoi les gens devraient-lire ton livre ?

Parce qu'on n'a jamais le temps de s'ennuyer, j'aime les histoires vives, enlevées, remplies d'émotions, des histoires qui peuvent vous faire rire un chapitre et pleurer le suivant.


-As-tu quelque chose à rajouter ?

Merci beaucoup de m'avoir accordé de ton temps et longue vie à ton blog.

Chronique :


A propos :

Lu en français.
Pages : 518.
Prix : 17,95€
Maison d’édition : Autoédité.
Terminé le 25-01-2017.

Synopsis : 

Dans l'archipel du Touraco, écrin de verdure au goût de paradis, Calixte Zygène de la Spirée rêve d'aventures tout en vivant de larcins. En cherchant à cacher son dernier trésor, volé au gouverneur en personne, il découvre un étrange boîtier qui le conduira jusqu'aux pirates de la baie et bien plus loin que ce qu'il n'aurait jamais pu imaginer.
D'un vaisseau fantôme en passant par l'énigmatique sorcière des marais, il réveillera les mythes séculaires qui hantent les eaux de la Mer des Palmariales...
Un nouveau voyage en Terre des Brumes.

Mon avis :

Avant toute chose, je tiens à remercier E.R Link pour l’envoi de son livre et sa patience.

J’ai commencé ce livre sans m’attendre à quelque chose de spécial, je n’avais que vaguement lu le résumé. Et je vous avoue que j’ai été agréablement surprise !

Au début j’ai eu un peu de mal car j’ai trouvé que l’histoire se mettait en place assez lentement. Le livre est divisé en trois parties et je trouve que l’histoire devient vraiment addictive à partir de la deuxième partie. Quand j’ai vraiment été plongée dans l’action je n’arrivais plus à lâcher le livre car j’étais vraiment prise dans l’histoire. Chaque fin de chapitre se termine sur un « suspens » qui donne encore plus envie de continuer notre lecture.
Un point que j’ai beaucoup apprécié, c’est que l’auteur a réussi à mélanger une histoire fantastique avec un monde tout à fait imaginaire en utilisant un beau langage (« vieux français »).
J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, que j’ai trouvé incroyable !
C'est une histoire très portée sur l'amitié à travers le temps (mais je ne dirais rien de plus de ce côté là, car pour ma part le rapport avec le temps a été une agréable surprise :) )

A une exception près, les personnages étaient tous très attachants, surtout le personnage principal que j’ai trouvé très marrant, à tout le temps faire des blagues.
J’ai été tellement prise d’affection pour le personnage principale, au point d’être vraiment stressée quand il était en mauvaise posture.
Gros-Sac, le pélican, m'a également beaucoup plu car il change du classique perroquet sur l'épaule du capitaine dans les histoires de pirates classiques. Il est également trèèès drôle avec sa façon de se prendre au sérieux. 
                                                                                      
Ce qui est bien c’est que l’auteure a réussi à insérer un humour décalé que j’ai adoré !
Le seul personnage que je n’ai pas trop apprécié est le personnage de Joséphine, dont le côté « indécis » était, à mon gout, un peu trop poussé. Et encore, je ne la déteste pas, c'est seulement le personnage que j'ai tout simplement moins aimé. 

Finalement, j’ai adoré l’univers que l’auteure a créé. Je me suis posée beaucoup de questions pendant ma lecture sur cet univers et au fur-et-à-mesure du livre j’ai eu mes réponses. C’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié.

En conclusion, j’ai eu du mal à me plonger dans ma lecture au départ, mais une fois prise dedans je n’ai plus réussie à m’en sortir. Malgré quelques points qui m’ont un tout petit peu dérangée j’ai passé un très bon moment avec ce livre plein de rebondissements que je conseille à tous les fans du genre fantasy/aventure ! J

Ma note : 4/5
Love, chaton et paillettes roses.

Eléonore. 

18 commentaires:

  1. Merci à toi pour ce bel avis. Joséphine.... Aaaaaaah Joséphine... Elle m'horripile aussi, cette greluche. Quand j'écrivais le livre, je me disais sans arrêt : "trois claques et au lit !"
    Ravie de t'avoir fait passer un bon moment de lecture. En espérant te revoir un jour séjourner en Terre des Brumes à l'occasion !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahahah !
      Oui avec plaisir ! :) des que je ai l'occasion !

      Supprimer
  2. Très intéressant cet article ! Je lis assez peu d'auto-édités, plus par manque de temps que d'envie. Je vais aller jeter un coup d'oeil à celui-ci :) !

    RépondreSupprimer
  3. Owh très bon article, je ne connaissais pas cette auteur ni son roman mais ça me donne envie de le découvrir ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que si tu le découvre tu apprécieras ! :)

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup ce rendez-vous qui met en avant des indés ! <3

    RépondreSupprimer
  5. Le début un peu long me fait peur sinon j'aimerais bien le découvrir pour le reste ^^

    RépondreSupprimer
  6. Très bel article ! :)
    Tu donnes bien envie de découvrir l'auteure et son livre.

    RépondreSupprimer
  7. L'histoire a l'air intéressante, mais les longueurs du début me font un peu peur (surtout après l'enfer de ma dernière lecture XD)

    RépondreSupprimer
  8. c'est toujours tellement agréable d'etre surprise par une histoire comme ça !

    RépondreSupprimer
  9. J'adore l'interview, c'est super intéressant et j'aime bien la façon dont l'auteur décrit le statut d'auto édité! En tout cas un roman qui a l'air bien sympa, merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  10. Merci à E.R Link pour sa vision très juste de l'autoédition, qui remet certaines fausses idées à leur place tout en constatant bien que dans cet univers, il y a de tout. Lisant moi-même des auteurs indés (et en étant moi-même une auteure indé, comme tu le sais ^^) je partage tout à fait sa pensée sur ce point.

    En ce qui concerne les personnages, j'aime également beaucoup son approche. Les faire sortir des rails un peu, mais assez pour ne pas courir derrière eux trop longtemps ;)

    Ton interview ainsi que ta description du livre (je suis allée voir également sur sa page auteur Amazon) m'ont en tout cas donné envie de découvrir sa plume. Merci à toi et à l'auteure ^^

    RépondreSupprimer