Mémorial Tour, CHRIS SIMON. (J'ai les autos-édités et petites maisons d'éditions #3)

1.2.17



Bonjour tout le monde ! On se retrouve aujourd’hui pour un article un peu particulier vu qu’il s’agit du troisième « J’aide les autos-édités et les petites maisons d’éditions » (Retrouvez l'article qui en parle : ici 

Pour cela on va retrouver Chris Simon qui a répondu à quelques-unes de mes questions  pour se présenter en tant qu’auteur auto-éditée. Ensuite vous trouverez la présentation et la chronique de son livre "Mémorial Tour". 

Présentation de l’auteur :

-As-tu choisi l'auto-édition ou était-ce une contrainte ?

J’ai choisi l’autoédtion pour ce Mémorial tour, puisque je n’ai même pas essayé de l’envoyer aux maisons d’édition, même si des amis qui avait lu une première version m’ont incité à le faire. Depuis 2011, je m’autoédite, si au départ, je l’ai fait d’une part par curiosité et d’autre part parce que les éditeurs ne publiaient pas ce que j’écrivais à l’époque, essentiellement des nouvelles ; aujourd’hui, j’y ai pris goût et je m’autoédite par choix. J’aime toutes les étapes de l’autoédition, même si certaines demandent des compétences précises qu’il me faut acquérir au fil des années, l’autoédition m’ a appris beaucoup et je crois qu’aujourd’hui bizarrement, j’ai plus de respect pour certains éditeurs, les bons éditeurs.


-Qu'est-ce qui est le plus difficile dans le fait d'être auto-édité et que préfères-tu ?

Se faire connaître et surtout faire connaître ses livres, les rendre visibles au plus grand nombre de lecteurs. Je consacre pas mal de temps à cet objectif, et je peux dire qu’en 5 ans, mes livres ont gagné en visibilité, petit à petit, lecteur après lecteur. Au passage, je remercie les blogueurs qui sont pour les autoédités une passerelle indispensable. L’autoédition me donne une entière liberté sur toutes les étapes du procédé : de la création à la fabrication à la promotion. Bien sûr, je préfère écrire, mais j’ai aussi pris goût à la conception de l’œuvre, de l’objet livre en amont, au travail de vision et de synthèse qu’il faut pour publier un livre. Un livre s’inscrit dans un contexte. L’autoédition permet aussi le contact direct avec le lecteur. En fait, un auteur autoédité a l'opportunité d'être en contact avec ses lecteurs, de les connaître, en ce qui me concerne, cette relation m’a fait avancer et progressé dans mon écriture. Avant le numérique, j’écrivais pour les éditeurs, aujourd’hui, j’écris pour les lecteurs. Une différence de taille.


-Parlons de ton roman, où t'es venu l'idée de ce voyage mémorable ?

Cette idée me trottait dans la tête depuis longtemps, plus de 15 ans. Il m’aura fallu tout ce temps pour mûrir ce point de départ : Que se passerait-il si un groupe de touristes lors d’un voyage mémoriel à Auschwitz se voyait plonger dans la réalité des camps ? À partir de ce « Si », je me suis intéressée à ce que l’on appelle le tourisme noir. Un sujet fascinant que la mémoire… En 2010, j’ai écrit un court texte basé sur mon idée de départ, des lecteurs, et même un éditeur canadien m’ont encouragé à en faire un roman, je les ai écoutés, mais pour la développer en roman, il m’a fallu encore quelques années. Si la genèse de Mémorial tour vous intéresse, j’ai écrit plusieurs articles sur mon blog autour de l’écriture et des thèmes de mon roman, on peut commencer par le premier : http://chrisimon.com/tourisme-noir-ou-tourisme-memoriel/


-Es-tu passionné par l'histoire ?

Oui, l’Histoire à travers la petite histoire, celle des hommes pas des dates, celle du peuple bien que l'histoire sociale, celle des lois, des rois, des dirigeants m'intéressent aussi. L’histoire m’intéresse à la lumière de notre présent. L’histoire commence avec notre histoire familiale qui s’inscrit dans la grande Histoire. Mes grands-parents sont morts à l’âge de 42 et 44 ans. Ils ont connu les deux guerres (14-18 et 39-40), la première enfant, la deuxième adulte, étant tous deux nés en 1910 et 1911. Ils se sont battus, mon grand-père a résisté et ma grand-mère (et mon père) ont échappé aux camps. Quelle vie ont-ils eu ? Sans doute, une vie proche des Libanais ou des Syriens ou de tout autre peuple dans un pays en état de guerre aujourd’hui.


-Pourquoi une histoire sur la seconde guerre mondiale ?

C’est une période de l’histoire de l’Europe très importante (et de l’histoire de l’humanité) qui délimite et définit l’Europe d’aujourd’hui. Pour la première fois dans notre monde post « siècle des lumières », des Européens exterminaient en masse des peuples qui leur ressemblaient, qui vivaient sur le même territoire, des blancs exterminaient des blancs, industrialisaient le travail gratuit (une forme d’esclavage) et la mort (l’extermination des juifs, des tziganes, des homosexuels…).

-Pourquoi les gens devraient lire ton livre ?

Parce que j’ai mis le passé en lumière par rapport à notre présent, il ne suffit pas de dire « Plus jamais ça », il faut s’assurer que l’histoire serve à quelque chose, aujourd’hui et demain, que le devoir de mémoire soit une inspiration pour les générations futures. J’ai essayé dans ce livre de sensibiliser chacun de nous, d’après les retours de nombreux lecteurs, c’est réussi.

-Voudrais-tu dire quelque chose d'autre ?

Écrire Mémorial tour m’a fait réaliser qu’il y a une tendance à n’associer les juifs qu’aux camps de la mort. C’est réducteur, le judaïsme est plus ancien que le christianisme et son Histoire est riche d’enseignements et d’histoires.


Chronique :
A propos :

Lu en français.
Pages : 140.
Prix : 13€
Maison d’édition :Auto-édité.
Terminé le 07-01-2017.
Vous pouvez trouvez les liens pour acheter ce livre ici. (en plus si vous commander un exemplaire papier directement auprès de l'auteur il peut vous être dédicacé ! :) )

Synopsis : 

Le devoir de mémoire nous protège-t-il contre la barbarie ?

Un couple sans histoire part en voyage organisé, une surprise que fait Patrice à sa femme Hélène.
Un matin, deux hommes viennent les chercher. Dans le véhicule qui les emmène jusqu'au lieu de départ, ils font la connaissance d'un couple plus jeune.
Après l'enregistrement, le couple attend sur un quai avec quelques centaines d'autres voyageurs alors que les organisateurs ont disparu... Le train entre en gare, les couples restent muets devant l'arrivée des wagons à bestiaux? Le voyage dans les ténèbres ne fait que commencer?

Mon avis :

Avant toute chose je tiens à remercier l’auteure pour l’envoi de son livre.

Quand Chris m’a proposé son livre, j’ai lu le résumé et je me suis dis « Pourquoi pas ? » mais je n’ai pas essayer d’en savoir plus, de savoir de quoi ça allait parler réellement, parce qu’on ne va pas se le cacher le résumé est un peu vague…

C’est comme ça que je me suis lancée dans ce voyage en enfer…

J’ai commencé la lecture de ce roman un vendredi à 17h, j’ai eu finis de le lire à 18h, tout ça pour vous dire, que j’ai été accroc à cette lecture.
J’ai commencé le voyage en même temps que Patrice et Hélène, les deux personnages principaux, et comme Hélène je ne savais pas dans quoi je me lançais.
Un voyage culturel un peu trop historiquement correct, c’est ça qui nous attendais, Hélène, Patrice et moi et tous ceux qui nous ont accompagnés dans ce voyage.

PS : à partir de maintenant je vais un peu parler de l’histoire donc pour ceux qui souhaite s’aventurer dans l’histoire sans rien savoir du tout arrêter votre lecture et reprenez un peu plus tard, quand je l’indiquerai.

Ce voyage est donc un convoi vers l’enfer, vers les camps de concentration de la seconde guerre mondial. Mais ce voyage en train est une vraie reconstitution de ce que les juifs, résistants et autres ont vécus. Les voyageurs sont traités comme de vrais esclaves, ne sont pas nourris, n’ont pas de quoi se laver. Ils n’ont rien pendant les quelques jours de cet horrible voyage en train.

J’ai adoré ! Je vous le jure, j’ai été absorbée dans ma lecture. J’étais à la place de Patrice ou d’Hélène, et je ne comprenais rien à ce qui m’arrivait réellement.
Et puis quand on a compris, ça a été encore plus horrible. Je me demandais jusque où ce voyage allait aller et j’avais peur… vraiment peur.

Vous pouvez reprendre votre lecture.

J’ai adoré l’histoire qui m’a appris à en savoir plus sur cette période de l’histoire et de comment vivait les gens.
Les personnages sont attachants, certains sont repoussants, d’autres sont emmerdants. Mais ils sont tous si vivants, si réels que l’histoire en est d’autant plus.

L’auteure écrit merveilleusement bien. Sa plume nous entraîne dans son (horrible) voyage, on a envie de continuer notre lecture et de savoir ce qui va réellement arriver, en fait sa plume est addictive. Comme je l’ai dit plus haut il m’a fallu une petite heure pour dévorer ce roman.

En conclusion, lisez ce livre, vraiment. C’est quelque chose que j’ai trouvé vraiment extraordinaire et qui mérite d’être lu par un très grand nombre de personnes ! Car en plus d’être une histoire addictive on apprend beaucoup de choses sur une période de l’histoire qu’on redoute.

LISEZ-LE.

Ma note : 4,5/5
Love, chaton et paillettes roses.
Eléonore.







18 commentaires:

  1. ah super que tu ais passé un si bon moment

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas trop mon genre de lecture mais merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  3. Un super article, je ne connaissais pas du tout cet auteur et son histoire ! Et j'aurai bien envie de la découvrir, merci pour la découverte :) !!!

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve ça super! C'est tout à ton honneur :)
    Très bel article :)

    RépondreSupprimer
  5. Un très bel article ! Très intéressant à lire :)

    RépondreSupprimer
  6. J'aimerais vraiment beaucoup découvrir ce roman!! Et j'aime beaucoup ce genre d'articles ;)

    RépondreSupprimer
  7. Il est super intéressant ton article!! J'adore l'idée d'interviewer l'auteur auto édité, ça permet de mieux le comprendre!
    Quant au livre, le sujet est super, je suis sur qu'il pourrait me plaire ;)

    RépondreSupprimer
  8. J'adore le concept de ton article, je ne connaissais pas cette auteur alors merci pour la découverte ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Quel article ! Ce livre va aller directement sur ma wishlist ! :)

    RépondreSupprimer